Belle River

Guillaume Fournier, Samuel Matteau et Yannick Nolin 

Canada (Québec), Etats-Unis/ 10 minutes/ 2022/ Français cadien et anglais s.t.f.

Synopsis : 2019. Les crues printanières du Mississippi atteignent des niveaux records. En Louisiane, les habitants de Pierre-Part se préparent au pire. À moins d’un revirement de situation inattendu, les autorités locales seront bientôt contraintes d’ouvrir les vannes du déversoir de Morganza, afin de préserver d’une inondation certaine les villes de La Nouvelle-Orléans et de Bâton-Rouge. Foi et résilience sont les deux meilleures armes dont ils disposent encore, devant l’incertitude. 

Suivant la réalisation des courts métrages documentaires Laissez les bons temps rouler (2017) et Acadiana (2019), qui se déroulent tous deux en pays cajun, nous avons eu le désir de poursuivre nos réflexions en concluant notre trilogie louisianaise à travers un dernier essai filmique intitulé Belle River.

Si Laissez les bons temps rouler s’intéresse à l’héritage folklorique et culturel des Cadiens, et Acadiana, à l’apparente fracture sociale, qui divise la Louisiane comme les États-Unis, Belle River s’intéresse, quant à lui, au territoire louisianais et à ses habitants tranquilles, qui se retrouvent tous deux menacés de dissolution par l’émergence de la crise climatique. Passé, présent, futur : trois temps pour trois films distincts, qui se complètent, s’additionnent.

Présenté DIMANCHE 3 AVRIL 15 H 30

Culture. Patrimoine. Appartenance